Tous les articles par admin

De l’enfant de mes parents, je deviens le parent de mon enfant.

 

Devenir parent est, pour la plupart d’entre nous, un processus naturel qui s’inscrit dans notre parcours de vie à un moment ou un autre. Pour certains fonder une famille est un projet de vie, pour d’autres un passage obligé ou un accident de parcours. Dans l’histoire de l’Homme pouvoir décider d’avoir, ou non, un enfant et de le planifier dans le temps est certainement un concept récent qui à probablement contribuer à donner aux enfants un statut différent. Devenir parent, c’est plonger vers l’inconnu sans aucune garantie qu’à l’arrivé le résultat répondra à nos attentes. Il faut peut-être que notre cerveau se mette en mode pensée magique, tout ira bien dans le meilleur des mondes, pour se lancer volontairement dans cette aventure complexe où s’enchevêtre bonheur, peur, déception, confrontation, satisfaction, inquiétude et fierté.

Lors de la grossesse, principalement la première, un premier bouleversement psychique s’opère et si nous ne sommes pas conscient de son existence, il peut s’avérer une source d’anxiété. La transparence psychique, c’est lorsque l’inconscient remonte dans le conscient et nous impose un regard critique sur notre propre enfance. Voilà donc une belle opportunité pour faire un ménage, un grand ménage, avec soi et avec les autres. Bientôt vous aurez la responsabilité de prendre soin d’un petit d’Homme totalement dépendant de vous. Vous aurez le choix d’en prendre soin, ou pas, comme on a pris soin de vous. C’est à dire de choisir vos parents comme modèles ou de vous créez un nouveau modèle. Certains se diront : « Moi je serai compréhensive et affectueuse, pas comme ma mère qui était froide et sévère » Pour d’autres ce sera tout le contraire et leur mère servira de mentor. À mon avis, ce qui importe c’est de prendre position, de se situer et de définir les valeurs de la famille que vous êtes en train de construire.

Pour la majorité d’entre vous, un processus de guérison s’amorcera et pour la première fois, vous aurez l’impression de comprendre un peu vos parents. Pour d’autres ce sera le contraire, une tempête se lèvera et vous serez pris dans une tornade émotive. Si tel est le cas, il y a pas de mal à consulter des professionnels pour vous aider à y voir plus clair.

Plusieurs femmes que j’ai rencontrées n’ont pas eu l’espace, la disponibilité ou de temps de devenir mère intérieurement avant de l’être concrètement. Plusieurs se sentent complètement dépassées, envahies et ensevelies une fois le bébé là. L’arrivé d’un bébé peut soulever les passions et certaines personnes, pour bien faire, s’improvisent expertes en puériculture et s’autorisent à distribuer des conseils sur les soins au bébé, le sommeil, l’alimentation, la suce etc. Préparer la venue d’un bébé, c’est plus que de décorer une belle chambre. Se construire en tant que parent demande parfois d’ériger un abri, pour ne pas dire un bunker, avec une seule porte dont vous êtes seuls à détenir la clé. Cela peut vous paraître dur, parce que dans le fond ils veulent seulement vous aider! Vous avez raison, je suis dure mais lucide. J’ai connu des familles qui ne pouvant imposer leurs limites, se sont laissées envahir au point de s’oublier. Ne sachant plus à quel saint se vouer, elles ont perdu confiance et en ont payé le prix. Parlez-en autour de vous, demandez aux nouveaux parents qui vous entoure de vous dire leurs si j’avais su… Et tant mieux si votre entourage répond à vos besoins, vous soutient, reconnait vos valeurs et croit en votre compétence d’être parents. Pour les autres, vous devrez trouver vos alliés à l’extérieur de vos familles. L’important c’est de vous créez un réseau qui répond à vos valeurs, vos besoins et vos attentes.

Dans la revue Cerveau & Psycho, no. 18 novembre-décembre 2006 p.22 à 27. Benoît Bayle a écrit un texte fort intéressant et propose un concept plus global qu’il nomme la gestation psychique. « La future mère vit, lors de sa grossesse, une « gestation psychique », imaginant qui sera son enfant, et quelle relation elle aura avec lui. Elle lui ménage un espace psychique de gestation, qui participerait à la construction de la personnalité du bébé. La grossesse est une période de crise identitaire, émotionnellement elle ressemble à la crise de l’adolescence. En effet, la femme primipare (première grossesse) change de statut, elle passe de la fille de … à la mère de …. La gestation psychique se produit aussi chez les multipares (grossesses subséquentes) avec des préoccupations et une intensité différentes car le devenir mère est déjà fait. Finalement, pendant les démarches d’adoptions les futurs parents vivent, eux aussi, une gestation psychique. Selon moi, tous les futurs parents vivent une grossesse psychique, car tous passeront du statut de l’enfant… de au parent de… Je vous le demande, avez-vous suffisamment d’espace d’expression pour vivre votre grossesse psychique?

Les femmes ont généralement de la facilité à se raconter, à parler d’elle, de leur couple ou de leur passé. Enceintes cette facilité peut se transformer en besoin. Ce chamboulement psychique est normal et sain. Cependant, il peut être vécu plus difficilement par certaines femmes lorsque les souvenirs et les émotions qui remontent spontanément sont peu heureux ou traumatiques. Parler de ses peurs, s’avouer vulnérable, faire la paix avec son passé font partie de la gestation psychique.

De nos jours, les femmes enceintes ont-elles cet espace de parole? Avec un suivi de grossesse par une sage femme je pense que oui, et la grossesse psychique a sa place. Il est à noter que le rendez-vous de suivi avec une sage-femme dure environ une heure. Mais avec l’équipe médicale telle qu’on la connaît au Québec, je serais tenté de répondre non; un rendez-vous d’au plus quinze minutes laisse peu de place pour s’exprimer. En période périnatale plusieurs femmes sentent le besoin de se retrouver entre pairs; des activités telles que le yoga, le chant d’ouverture ou les rencontres prénatales sont de bonnes stratégies pour créer un espace où il est possible et bienvenue de se raconter.

FacebookGoogle+TwitterPinterestPartager