Archives de catégorie : 1 Le début du continuum

De l’enfant de mes parents, je deviens le parent de mon enfant.
Devenir parent, c’est plonger vers l’inconnu.

Une fantasmagorie nécessaire : le prélude à l’attachement

Au fil de la grossesse, l’image de l’enfant à naître prend forme peu à peu. On lui attribut une personnalité selon qu’il est actif ou tranquille. On fait des projections sur la relation à venir, on s’imagine le porter, le bercer, l’allaiter, etc. Tout cet univers fantasmatique met en place les bases de la relation.

La gestation psychique est en quelque sorte un travail de préparation, de mise en scène et de répétitions. La femme se représente mentalement l’enfant à naître et la mère qu’elle sera. Une fois le bébé là, elle raffine son jeu et se découvre, selon les aléas de la vie, des talents d’improvisatrice. Dans les faits, la réalité dépasse souvent la fiction représentée dans l’espace psychique. Ces projections permettent de créer un espace à l’intérieur de soi pour bâtir une relation avec l’enfant à naître. Benoît Bayle définit ceci par : « L’espace maternel de gestation psychique », et il l’explique par une très belle phrase. « L’enfant en gestation amène la femme à ce qu’elle pense à lui, à ce qu’elle se prépare à l’accueillir, matériellement et affectivement; il invite la femme à devenir mère et à nouer une relation avec lui. Cet espace psychique est important car il dessine les contours de la relation à venir entre la mère et l’enfant. » Pour en savoir plus, vous pouvez taper gestation psychique sur votre moteur de recherche. Il existe beaucoup de documents sur le sujet. N’hésitez pas à consulter si vous avez des inquiétudes ou si cette condition psychique normale est difficile pour vous.

Pour la plupart des femmes la gestation psychique est un prélude à l’attachement car il permet de créer un espace fantasmatique, un lieu pour tisser des liens étroits avec le bébé à naître. Pour certains auteurs les bouleversements émotionnels chez la femme enceinte ont une finalité, ils lui permettent de s’adapter aux besoins du bébé après la naissance. Je pense aussi qu’une femme qui s’est permise de vivre une grossesse psychique se sentira plus compétente, elle aura l’impression de connaître son bébé et de comprendre ses besoins.

Peut-on nuire ou entraver la fantasmagorie de la femme enceinte? Je pense que l’échographie peut créer une distorsion entre la représentation mentale que se fait la femme enceinte de son enfant à naître et la représentation mentale qu’elle s’en fera après l’échographie. Je me pose la question, qu’elle image sera la plus forte? L’image de l’échographie est une reconstruction en 2D ou 3D d’ondes sonores bombardées sur un fœtus dans un utérus. La technologie de plus en plus sophistiquée rend l’image échographique de plus en plus près de la photo. Il faut peut-être se questionner sur l’aspect intrusif et voyeur de cet examen. Depuis des millénaires, l’utérus est resté un mystère. En s’introduisant dans l’utérus, ne dénaturons-nous pas l’univers fantasmatique construit par la femme enceinte lorsqu’elle imagine son enfant à naître? Sommes-nous réellement prêt à tout voir? Plusieurs auteurs se questionnent sur l’aspect psychologique de l’échographie. Il est important de bien comprendre que j’émets une opinion personnelle concernant un aspect, que je considère insidieux, de l’écographie. Je n’émets pas une opinion professionnelle ou médicale sur le bien fondé, les avantages, les dangers ou les risques des examens échographiques; passer ou non des échographies est une décision qui vous appartient et vous avez la responsabilité d’en mesurer les impacts et de prendre une décision éclairée. L’auteur Jean-Marie Delassus (Le génie du fœtus Vie prénatal et origine de l’homme, édition Dunod, Paris 2001, 193 pages) pense que l’échographie peut avoir un effet pervers sur la représentation mentale du bébé par la future mère. D’ailleurs il met en garde les futurs parents de ne pas se laisser tromper, l’écographie est un examen médical. J-M Delassus écrit : « Ainsi, l’échographie, si utile sur le plan médical, n’offre qu’une vue partielle de la vie de votre bébé en vous ; c’est cela que vous devez savoir quand vous verrez son image à l’écran. En fait, lors de l’échographie, ne perdez de vue votre bébé, gardez votre vue intérieure. »

En conclusion, la grossesse marque le début d’une nouvelle vie. On regarde en arrière pour faire le bilan, on décide ce que l’on veut mais surtout ce que l’on ne veut pas et on se projette dans le futur pour établir les assises sur lesquelles on bâtira notre nouvelle vie.

 

Des approches complémentaires au suivi de grossesse (médecin ou sage-femme), tel que la sophrologie (étude des niveaux de conscience), l’haptonomie, le chant prénatal ou le yoga peuvent vous aider à vivre pleinement votre grossesse physique et psychique.

FacebookGoogle+TwitterPinterestPartager