Archives de catégorie : 3.5 De la première tétée à la montée laiteuse

Les contacts peau à peau : un réel besoin des nouveau-nés et un plaisir pour les parents.

P1000562

La science derrière le contact peau à peau

En Suède, le contact peau à peau ininterrompu est une pratique courante. Serez-vous étonné si je vous dis que les bébés s’en portent très bien? Pourquoi nos bébés seraient-ils différents? Trop souvent, le bébé n’est laissé sur le corps de sa mère que quelques minutes. Évidemment, il n’a pas le temps de ramper au sein, de chercher le mamelon et de téter. La rencontre n’a pas lieu au moment où le bébé est le plus alerte et guidé par ses réflexes. Le bébé est ramené plus tard à sa mère, tout emballé et propre, et le plus important, pesé! Mais on s’en fout de savoir combien il pèse le bébé! Pensez-vous réellement que son poids sera différent deux heures plus tard?

Ce que dit l’OMS concernant les soins immédiats au bébé dans le document : Les soins liés à un accouchement normal

Directement après la naissance, il convient de veiller l’état du nouveau-né. L’attention accordée fait partie intégrante des soins dans le cadre d’une naissance normale, et l’Organisation mondiale de la Santé souligne l’importance d’une approche unifiée des soins à la mère et au bébé (WHO 1994c). Les soins immédiats consistent à s’assurer que les voies respiratoires sont dégagées, à prendre des mesures pour maintenir la température corporelle, à clamper et couper le cordon et à faire téter le bébé dès que possible. Chacun de ces éléments a fait l’objet d’abondantes recherches et de nombreux débats, mais le présent groupe de travail technique sur l’accouchement normal a l’avantage de pouvoir se reporter aux travaux et aux recommandations du groupe de travail technique sur les soins essentiels au nouveau-né (OMS 1996). Dans le présent rapport, seuls quelques aspects des soins immédiats au nouveau-né seront mentionnés brièvement.

Immédiatement après la naissance, le bébé doit être séché dans des serviettes ou des linges chauds, et placé sur le ventre ou dans les bras de la mère. L’état du bébé est évalué et on s’assure simultanément de l’aération des voies respiratoires (si besoin est). Il est important de maintenir la température corporelle du bébé; les nouveau-nés exposés au froid d’une salle d’accouchement peuvent subir une baisse sensible de température et souffrir en conséquence de problèmes métaboliques. On évitera une chute de la température du nouveau-né en le mettant ou contact du corps de sa mère.

Pour en savoir plus sur les évidences scientifiques du contact peau à peau : Moore ER, Anderson GC, Bergman N. Early skin-to-skin contact for mothers and their healthy newborn infants. Cochrane Database of Systematic Reviews 2007, Issue 2. Art. No.: CD003519. DOI: 10.1002/14651858.CD003519.pub2  / http://www.cochrane.org/reviews/en/ab003519.html), ou consultez le site Internet de l’OMS.

Le Dr Nils Bergman, d’Afrique du Sud, est sans aucun doute une de nos sommités dans la recherche sur les soins en maman kangourou et le contact peau à peau.

Trois entrevues avec Dr Bergman à voir : http://vimeo.com/16323781

Pour plus d’informations : http://www.kangaroomothercare.com/ et http://www.skintoskincontact.com/

 

Le contact peau à peau est important, non seulement les premières heures,

mais aussi les premiers jours. Cela facilite l’adaptation du nouveau-né à la vie extra-utérine.

Ça gâte les parents, pas les bébés.

FacebookGoogle+TwitterPinterestPartager