Archives par mot-clé : psychologie

La gestation psychique

La réalité de la vie avec un nouveau-né peut être toute une épreuve. Il est difficile, voir impossible, de s’imaginer comment 3 kilos peuvent prendre le contrôle de notre vie, du moins les premières semaines, le temps que l’adaptation se fasse. Se préparer à l’arriver d’un enfant ce n’est pas seulement se préparer à accoucher. C’est comprendre la réalité de la vie avec un nouveau-né et l’importance de se créer un réseau soutenant. Lors de rencontres prénatales, je dis à la future maman que dans les premières semaines suivant la naissance de son bébé, prendre sa douche avant 16h00 relève souvent de l’exploit. Je m’amuse à lire sur son visage que pour elle ce sera différent parce qu’elle, contrairement à moi, est organisée. Quand je la revoie en postnatale, elle m’en reparle. Elle sait que je la comprends et que je ne la jugerai pas si elle a les cheveux en broussailles. Je lui rappelle que bientôt la vie reprendra un peu de sa normalité et que c’est les six premières semaines qui sont les pires. Heureusement maintenant une bonne proportion des partenaires s’impliquent d’avantage et prennent quelques semaines de congé pour assumer une part des responsabilités et pour profiter du bébé. Bravo!

Chantale Proulx dans son merveilleux livre Filles de Déméter écrit à la page 122 : « Dans la vision de l’approche systémique en psychologie, l’arrivée d’un enfant est considérée comme une crise majeure pour le couple. Les couples font les bébés et les bébés font les parents. Personne n’est vraiment préparé à élever un enfant, et encore moins aujourd’hui qu’auparavant » Je trouve cette façon de voir tout à fait lucide et humble. Je pense aussi que personne n’est réellement prêt.

Donc au fil de la grossesse, l’image de l’enfant à naître prend forme peu à peu. On lui attribut une personnalité selon qu’il est actif ou tranquille. On fait des projections sur la relation à venir, on s’imagine le porter, le bercer, l’allaiter, etc. Tout cet univers fantasmatique met en place les bases de la relation.

La gestation psychique est en quelque sorte un travail de préparation, de mise en scène et de répétitions. La femme se représente mentalement l’enfant à naître et la mère qu’elle sera. Une fois le bébé là, elle raffine son jeu et se découvre, selon les aléas de la vie, des talents d’improvisatrice. Dans les faits, la réalité dépasse souvent la fiction représentée dans l’espace psychique. Ces projections permettent de créer un espace à l’intérieur de soi pour bâtir une relation avec l’enfant à naître. Benoît Bayle définit ceci par : « L’espace maternel de gestation psychique », et il l’explique par une très belle phrase.  »L’enfant en gestation amène la femme à ce qu’elle pense à lui, à ce qu’elle se prépare à l’accueillir, matériellement et affectivement; il invite la femme à devenir mère et à nouer une relation avec lui. Cet espace psychique est important car il dessine les contours de la relation à venir entre la mère et l’enfant. » Pour en savoir plus, vous pouvez taper gestation psychique sur votre moteur de recherche. Il existe beaucoup de documents sur le sujet. N’hésitez pas à consulter si vous avez des inquiétudes ou si cette condition psychique normale est difficile pour vous.

Pour la plupart des femmes la gestation psychique est un prélude à l’attachement car il permet de créer un espace fantasmatique, un lieu pour tisser des liens étroits avec le bébé à naître. Pour certains auteurs les bouleversements émotionnels chez la femme enceinte ont une finalité, ils lui permettent de s’adapter aux besoins du bébé après la naissance. Je pense aussi qu’une femme qui s’est permis de vivre une grossesse psychique se sentira plus compétente, elle aura l’impression de connaître son bébé et de comprendre ses besoins.

D.W. Winnicott et M. Bydlowski se sont intéressés à cette période de la vie et ont proposé deux concepts très intéressants qui décrivent ce qui se passe dans la tête des femmes en période périnatale.

Monique Bydlowski définit la susceptibilité particulière des femmes enceintes en termes de transparence psychique soit : « Un fonctionnement psychique maternel particulier, caractérisé par l’abaissement des résistances habituelles de la jeune femme face au refoulé inconscient, et marqué par un surinvestissement de son histoire personnelle et de ses conflits infantiles avec une plasticité importante des représentations mentales centrées sur une indéniable polarisation narcissique. Ainsi, la future mère, et spécialement pendant la deuxième moitié de la grossesse, va se tourner volontiers vers des thématiques autocentrées et inaccessibles pour la plupart des femmes, en dehors de cette période de son existence. Elle se trouve par conséquent peu disponible pour évoquer des représentations mentales directement liées au futur bébé. »

D.W. Winnicott décrit cette période qu’il qualifie de folie normale en terme de préoccupation maternelle primaire soit : « La période particulière, de quelques semaines précédant l’accouchement et le suivant immédiatement, pendant laquelle la mère se montre tout spécialement « capable de s’adapter aux tout premiers besoins du nouveau-né, avec délicatesse et sensibilité ». Elle capterait des signaux qu’elle serait à même de décoder et d’interpréter avec une efficacité extrême. Cet état durerait pendant les semaines qui suivent la naissance et l’auteur le compare à un repli, à une dissociation, voire à un état schizoïde, une « maladie mentale normale » dont la mère va se remettre. « Certaines femmes y parviennent avec un enfant et échouent avec un autre… d’autres ne sont pas capables de se laisser aller à cet abandon ».

La femme enceinte devient au fil des mois de plus en plus préoccupée par le bébé; il prend de plus en plus de place dans son corps mais aussi dans son esprit. Cela permet à la femme de devenir mère. En fin de grossesse le bébé à naître est omniprésent, il n’y a que lui qui compte. La préoccupation maternelle primaire prépare la femme à accueillir et à investir totalement son bébé. Plusieurs travaux tendent à démontrer que les femmes qui vivent pleinement leur grossesse s’adaptent plus facilement au bébé réel, elles devinent ses besoins et y répondent naturellement.

 

FacebookGoogle+TwitterPinterestPartager